Le champignon du mois d'août : Amanita rubescens

Portrait de SMD38

Amanita rubescens, encore appelée Amanite rougissante ou Golmotte, se trouve dès l’été jusqu’aux premières gelées indifféremment sous feuillus ou sous conifères.

Amanita rubescens

Description

Chapeau crème rosâtre à brun rosé vineux, globuleux puis étalé, orné de plaques ou verrues   grisâtres ponctuées d’une teinte vineuse. La marge est non striée

Les lames sont blanches, serrées, puis maculées de rouge vineux avec l’âge

 

Le pied peut atteindre 15cm de haut sur 3,5 de large; il est blanchâtre à rose vineux, avec à sa  base un bulbe non marginé en forme de navet ; la volve est friable, pratiquement absente. Il possède en haut un anneau ample, blanchâtre, strié sur le dessus.

 

La chair est blanche et rougit lentement à l’air  et aux blessures. De saveur douce puis légèrement  amère, d’odeur nulle.

 

Cette amanite est comestible SI et SEULEMENT SI elle est bien cuite et que l’on a jeté l’eau de cuisson. En effet elle contient une substance hémolytique (=qui détruit les globules rouges) qui est détruite au–dessus de 60° et rend la consommation possible donc après cuisson. Cependant certaines personnes la digèrent mal.

 

Risques de confusion

Amanita  spissa (Amanite épaisse) :

 

Chapeau brun à ochracé gris, avec des plaques ou verrues blanc sale ou  grisâtres, anneau membraneux strié sur le dessus, pied strié au-dessus de l’anneau, pelucheux-squamuleux ou chiné de gris au-dessous, orné d’un bulbe napiforme bien net, chair blanche immuable, odeur de radis .

 A REJETER

Amanita pantherina (Amanite panthère, fausse golmotte) : 

 

Chapeau brun roussâtre orné de verrues blanc pur disposées assez régulièrement, marge  courtement mais nettement striée dès le début, pied avec bulbe bien marqué ,avec 1 ou 2 bracelets hélicoïdaux au-dessus, anneau blanc non strié, chair blanche immuable.

 TRÈS TOXIQUE

 

 Dominique Lavoipierre

Crédit photos: Charles Rougier

Source: Société Mycologique du Dauphiné

N'hésitez pas à consulter notre site: www.smd38.fr