Aimé Césaire dans les Espaces Naturels Sensibles

Aimé Césaire dans les Espaces Naturels Sensibles

Portrait de cinquièmes collège aimé césaire

Les cinquièmes sur le terrain

 

 Les classes de cinquième du collège Aimé Césaire ont réalisé un travail sur les milieux naturels. Ils sont partis en sortie pour découvrir différents ENS (espaces naturels sensibles) dans les trois massifs autour de Grenoble : la tourbière du Luitel dans Belledonne, la forêt du Col de Porte en Chartreuse, et enfin une mare, un ruisseau, une forêt plantée d’épicéa (une péssière) et une forêt naturelle (hêtraie-sapinière) dans le Vercors, aux Ecouges.

 

Impact de l’Homme sur la biodiversité

 

Grâce aux sorties sur le terrain nous avons compris que l’action de l’Homme pouvait avoir des impacts différents sur la richesse de la biodiversité :

-installer une mare a permis l’installation d’une flore et d’une faune varié (ex : triton palmé). L’impact est positif sur la biodiversité.

-planter une « forêt » d’épicéas (une plantation d’épicéas) : la biodiversité est pauvre, il aurait fallu planter plusieurs espèces d’arbres pour améliorer la biodiversité, comme dans la hêtraie-sapinière.

-La tourbe était utilisée comme un combustible, elle est maintenant recherchée comme support pour la culture des légumes et des fleurs, mais au Luitel elle est aménagée pour pouvoir la visiter sans l’abimer.

 

La biodiversité, une vraie richesse

 

Nous avons compris aussi que la forêt est une ressource importante pour l’Homme. On coupe des arbres sans dépasser ce que la forêt peut produire : c’est une gestion durable de la forêt. Nous avons choisi ces arbres à couper en respectant des critères : leur diamètre doit être proche de 60cm ; les arbres fourchus, malades, très branchus,ou qui font trop d’ombre aux plus jeunes sont choisis. Pour 30 arbres le volume de bois est 678 m3, que l’on peut vendre pour 22149€. Cela peut créer7 emplois dans la filière bois, on peut construire 8 maisons en bois, chauffer 11 maisons. De plus la quantité de CO2  emprisonné dans ce bois est de 612 tonnes : ce CO2  n’ira pas dans l’atmosphère donc ne réchauffera pas le climat ! 

 

Et maintenant,  place au jeu !

 

Grâce aux observations sur le terrain et à des recherches documentaires, les élèves ont réalisé un jeu de carte basé sur le jeu des 7 familles. Les « familles » sont les écosystèmes : montagnes, landes de montagne, falaises et rochers, rivières, tourbières, forêt d’altitude. Les « membres » sont les acteurs de l’environnement : végétaux, phytophages, zoophages, décomposeurs, action de l’homme, ainsi que notre préféré dans l’écosystème sur la carte « fétiche ».

 

Par exemple pour les tourbières, nous avons choisi la Droséra : c’est une plante carnivore discrète, de quelques centimètres. Elle doit se nourrir d’insectes car la tourbière où elle vit est un milieu très pauvre. Elle est recouverte de petits poils où se forment des billes de colle. Un insecte qui s'y pose ne peut plus s'envoler, il est digéré par ce liquide visqueux, puis la feuille l’absorbe.