Le champignon du mois de juin : Les Coprins ( Coprinus)

Portrait de SMD38

Les Coprins sont des champignons  que l’on rencontre souvent  un peu partout , dans l’herbe, au bord des routes, dans les parcs, en forêt, dans les décombres, sous les chênes, près des souches, sur du fumier ou des excréments, très souvent en touffes sur du bois pourri de feuillus, dans des friches, etc.

Les Coprins ( Coprinus)

Caractéristiques principales

Ils sont souvent peu charnu, éphémères, s’abîmant très vite (ils sont déliquescents). Ils se reconnaissent facilement à leur chapeau ovoïde allongé et à leurs lames blanches mais noircissant rapidement à cause de leurs spores noires d’encre.

 

Le seul Coprin comestible est le Coprin chevelu :Coprinus comatus ( O.F. Müll. : Fr.) Pers.

Le chapeau de 6 à 12 cm de haut, ovoïde blanc,  cylindrique puis en cloche, avec un revêtement recouvert  de mèches retroussées, à disques écailleux ochracé. La marge est reliée au pied par un voile vite déchiré et laissant place à un petit anneau.

Les lames sont libres ascendantes, blanches puis roses, serrées, noircissant à partir des extrémités externes qui se liquéfient.

Le pied  de 10 à 15 cm de haut et de 1 cm de large, est blanc, un peu bulbeux, séparable du chapeau, creux et fibreux avec un anneau mobile adhérent dans la moitié inférieure du pied.

 Son odeur est peu caractéristique, sa chaire est mince, blanche et tendre.

Sa saveur est douce avec un léger goût de noisette.

C’est un bon comestible, mais attention, il faut qu’il soit très jeune (que ses lames soient encore très blanches) et à condition d’être ramassé dans un lieu propre et qu’il  soit consommé dans les trois à quatre heures qui suivent la cueillette. Il est un des rares champignons que l’on peut consommer cru en salade.

Néanmoins pour éviter un léger effet  nauséeux chez certains, il est recommandé d’éviter de boire de l’alcool (effet antabuse).

 Confusions à éviter

Le Coprin noire d’encre : Coprinopsis  atramentaria (Bull. : Fr.) Redhead, Vilgalys & Moncalvo), qui n’est pas blanc mais  blanchâtre, est à rejeter, car il produit des troubles sévères (effet antabuse) en cas de consommation d’alcool, même si l’alcool a été pris 2 ou 3 jours avant ou après l’absorption des champignons.

 

Evelyne TARDY

Crédit photos: Charles Rougier

Source: Société Mycologique du Dauphiné

N'hésitez pas à consulter notre site: www.smd38.fr